JLO Emploi : bilan de compétences

Cas concret d’un accompagnement au maintien dans l’emploi par le SAMETH 74

Le SAMETH 74 qui informe, conseille et accompagne les entreprises et les salariés en situation de handicap dans la recherche et la mise en œuvre de solutions de maintien dans l’emploi, vous présente ici un exemple d’intervention réalisée pour le compte de l’entreprise de terrassement SNMF à Scientrier (Haute-Savoie).

sameth

Contexte d’intervention :

L’entreprise S.N.M.F est une entreprise familiale, spécialisée dans le BTP : travaux de voiries et réseaux divers (VRD). Elle est dirigée par Patrick COHANIER depuis 2003 et elle compte 12 salariés. Elle effectue divers travaux soumis à appels d’offres publics (exemple : travaux d’enrochement, réfections de ponts, pose de réseaux divers) auprès de professionnels et de particuliers (exemple : aménagements d’impasses).

M. X a 45 ans et il est salarié de cette entreprise depuis le 19 février 2003 (CDI). Il y occupe un poste de maçon (35 heures hebdomadaire). Son travail consiste à effectuer divers travaux de maçonnerie, notamment les enrochements. Son activité est assez physique car il doit fréquemment manipuler des sacs de sable, de cailloux ou de ciment pesant de 15 kg à 25 kg. Les équipes sont normalement composées de 2 maçons.

M. X est en arrêt de travail longue durée. Ses pathologies au niveau du rachis dorsal et des membres supérieurs sont reconnues en maladie professionnelle par la sécurité sociale depuis le mois d’août 2013.

Lors d’une visite de pré-reprise conseillée par le médecin conseil de l’Assurance Maladie, le médecin du travail interpelle le SAMETH pour accompagner Mr X et son employeur dans une recherche de solutions de maintien dans l’emploi.

M. X présente les restrictions d’aptitude suivantes, émises par le médecin du travail :

  • Pas de port de charges >15 kg.
  • Pas d’outils vibrants et/ou percutants (marteau piqueur, plaque vibrante).
  • Pas de travail bras élevés au-dessus de l’horizontal.

Accompagnement par le SAMETH :

A l’initiative du SAMETH une rencontre est organisée en présence du salarié, de l’employeur et du médecin du travail à l’issue de laquelle le plan d’actions suivant est proposé :

  • Reprise à temps partiel thérapeutique sur un poste à moindre contrainte physique, sur des chantiers en VRD, en plus de l’équipe de 2 personnes.
  • Durant cette période les capacités de Mr X à reprendre une activité professionnelle à temps complet seront évaluées et une étude ergonomique du poste de travail sera réalisée pour réfléchir à une solution de maintien en emploi pérenne sur un poste aménagé et adapté.

M. X reprend donc à temps partiel thérapeutique (1 jour sur 2) sur des chantiers en VRD exclusivement, en équipe de 3 au lieu de 2.
Afin d’aider l’employeur dans ces démarches de maintien et notamment pour compenser les coûts inhérents à cette organisation temporaire des aides ont été mobilisées par le SAMETH auprès de l’AGEFIPH. Soit une aide au maintien de 2000 euros puis par la suite une aide au maintien complémentaire de 3000 euros (www.agefiph.fr).
Dans le même temps une étude ergonomique a été réalisée par l’ergonome IPRP des Services de Santé au Travail (AST 74). Cette dernière a permis de mettre en surbrillance les conditions de travail liées à l’activité de maçonnerie au sein de cette entreprise et les contraintes liées au poste au regard du handicap de M. X.

Mise en œuvre de solutions pérennes pour le maintien dans l’emploi du salarié :

L’entreprise S.N.M.F, soucieuse de garder ce salarié aux compétences avérées et reconnues, a procédé aux aménagements suivants :

  • aménagement matériel : grâce aux recommandations de l’ergonome du matériel d’aide à la manutention a été acquis (exemple : grue télescopique).
  • aménagements organisationnels : la période du temps partiel thérapeutique a permis de mettre en évidence les points suivants :
    • M. X doit éviter toutes les manutentions manuelles, les postures contraignantes et les vibrations. Il ne peut plus travailler sur les sites des enrochements.
    • Malgré les aménagements techniques il doit pouvoir bénéficier sur son poste d’une aide humaine pour les tâches trop contraignantes pour lui.

M. X a donc été reclassé sur un poste de maçonnerie en finition.
Il travaille au sein d’une équipe de 3 personnes afin d’être aidé et accompagné sur son poste lorsque cela s’avère nécessaire. Son salaire a été maintenu malgré la moindre qualification de ses nouvelles fonctions.

Compte tenu des surcoûts engendrés par ces aménagements, le SAMETH et le médecin du travail ont accompagné l’entreprise dans sa demande de Reconnaissance de La Lourdeur du Handicap. Celle-ci a été accordée par l’AGEFIPH (www.travail-emploi.gouv.fr).

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à contacter le service Sameth.

Je découvre le service Sameth

Publié le 26 mai 2015