JLO Emploi : bilan de compétences

Maintien dans l’emploi : les chiffres clés de l’activité du SAMETH

Capture maintien emploiQuelles entreprises, quels critères de réussite, quels salariés … : description du maintien dans l’emploi par quelques chiffres issus du terrain via le SAMETH.

Le point de départ de la démarche de maintien dans l’emploi

En moyenne, 500 situations de maintien* environ ont été finalisées en 2015 par département.

Quelle raison a nécessité le recours aux services du SAMETH (Service d’Appui au Maintien dans l’Emploi des Travailleurs Handicapés) ? Pour 53%, il s’agit d’une maladie autre que professionnelle, 20% de l’aggravation d’un handicap, 12% un accident du travail/trajet, 6% d’une maladie professionnelle.

C’est le médecin du travail (49%) qui est le plus souvent à l’origine du recours au Sameth, puis l’employeur privé ou public (21%), puis le salarié (ou l’agent) concerné (13%).

Ce qui valide le fait que ces 3 acteurs clés peuvent effectivement prendre l’initiative de signaler un besoin de maintien dans l’emploi dans une situation particulière. En revanche, seul le médecin peut fixer les restrictions à l’emploi et donc valider l’aménagement de poste et la compensation du handicap.

Tous les secteurs d’activité font appel au Sameth, mais c’est l’Industrie qui est le plus représentée (21%). De même toutes les tailles d’établissements peuvent avoir recours au Sameth, mais ce sont ceux de moins de 250 salariés qui y ont le plus recours (76 %). Il faut dire que les grands groupes ont plus souvent un accord agrée signé avec leurs représentants syndicaux sur le Handicap, qui est dans ce cas utilisé pour les actions de maintien dans l’emploi.

L’importance de l’anticipation pour réussir un maintien

A l’ouverture du dossier de maintien par le Sameth, 35% des salariés sont encore en arrêt de travail. Ce qui veut alors dire que la démarche du maintien se met en place en anticipation, ce qui est un des critères de réussite du maintien en cas d’arrêt de travail.

Cette proportion d’intervention lors de l’arrêt de travail est encore trop faible selon les experts de JLO Emploi. En effet, il serait souhaitable que les visites de pré-reprise auprès du médecin de travail soient encore plus fréquentes, afin que le Sameth puisse être saisi le plus possible en amont de la reprise du travail, afin d’avoir le temps de mettre en place les solutions de maintien même complexes. La prise en charge tardive du salarié reprenant son travail est le premier facteur de risque de la désinsertion professionnelle.

54% des salariés ont plus de 10 ans d’ancienneté, ce qui s’explique par deux points : c’est souvent en vieillissant que les employés sont plus impactés par les situations de travail, et d’autre part, les statistiques décrivent toujours une fidélité plus grande des travailleurs handicapés à leur employeur.

La nature du handicap du salarié concerné est en majorité une déficience motrice (51%) ou une maladie invalidante (20%), puis une déficience auditive (17%). Le handicap psychique ou mental ne correspond qu’à une minorité de cas (2% chacun).

81% de réussite

Lorsqu’un dossier de maintien est ouvert par nos équipes du Sameth, il a 81% de chances de réussir ! C’est-à-dire 81% de chances de trouver une solution de maintien au même poste ou au moins dans la même entreprise. Seuls 6% des dossiers clos en 2015 n’ont pas trouvé de solution de maintien chez l’employeur et pour 13% aucune solution n’a été trouvée en raison de causes exogènes.

Au sein des 81 % de dossiers de maintien réussis, 86% ont vu le maintien dans le même poste, 13% dans un autre poste et 1% dans un autre poste du même Groupe.

Le délai moyen de prise en charge d’un maintien réussi est de 6 mois, ce qui permet à la fois une dynamique d’efficacité entre les acteurs mais également du temps pour mettre en place une réflexion, une coordination entre professionnels.

La désinsertion professionnelle est un risque aussi bien pour l’entreprise que pour le salarié. Anticiper la reprise, envisager des solutions de maintien dans l’emploi sont nécessaires pour que le salarié puisse revenir exercer ses compétences au sein du collectif de travail tout en préservant sa santé et sa qualité de vie au travail.

 

*L’ensemble de ces données chiffrées sont issues de la prestation « Service d’Appui au Maintien dans l’Emploi des Travailleurs Handicapés » de l’année 2015 dans 5 départements (AinSavoie/Haute-SavoieGirondeSeine Maritime), où JLO Emploi est porteur de l’offre Sameth pour le compte de l’Agefiph.

 

Publié le 11 mai 2016