JLO Emploi : bilan de compétences

Témoignage : évolution du contexte de travail et gestion du handicap

Mr X est salarié de l’entreprise « Menuiseries Savoyardes » à Marigny Saint Marcel depuis 1987 en qualité d’ouvrier d’exécution. Il présente un handicap mental qui a toujours été pris en considération par son employeur dans l’organisation de son travail.

Depuis quelques années l’évolution du marché de la menuiserie extérieure est confrontée à de nouvelles attentes des clients directs, des maîtres d’œuvre et des maîtres d’ouvrage :

  • Augmentation des performances techniques.
  • Amélioration du niveau de finition nécessitant l’intégration de nouveaux savoir-faire.
  • Plus de flexibilité pour une réduction des délais.
  • Adaptation de l’offre produits/services.
  • Une plus grande variabilité de la charge de travail selon les saisons.

Mr X a toujours travaillé sur des activités très régulières et répétitives avec des attentes sur la productivité et le niveau de qualité assez faibles. L’adaptation aux exigences des clients associée à la réduction des volumes de fabrication a fait évoluer tous les postes de travail : plus de flexibilité, de polyvalence et d’exigence qualité. Mr X a beaucoup de difficultés à suivre l’évolution du nouveau mode de fonctionnement de l’atelier du fait de son handicap.
Dans le même temps l’arrivée d’un nouveau gérant au sein de l’entreprise ne connaissant pas beaucoup Mr X et la nature de son handicap, a participé aux difficultés rencontrées par ce salarié.

De fait le handicap de Mr X est devenu de plus en plus visible notamment à travers d’erreurs plus fréquentes et une perte significative de sa productivité (directe pour lui et indirecte pour ses collègues qui devaient de plus en plus fréquemment compenser ses erreurs et la perte du temps de production).

Devant ce constat et cette dégradation de la situation, le médecin du travail a sollicité l’accompagnement du SAMETH pour le salarié et l’employeur pour rechercher des solutions de maintien dans l’emploi. Au moment du signalement le contexte professionnel pour Mr X était difficile ; en effet il avait reçu trois avertissements par lettre recommandée en raison de nombreuses erreurs commises en fabrication ayant eu un impact économique pour l’entreprise.

Dans un premier temps le SAMETH a sollicité un prestataire spécialisé dans le handicap mental. Monsieur X a pu bénéficier d’un bilan neuropsychologique afin d’apporter un éclairage sur ses capacités fonctionnelles. Elles ont été mises en lien avec toutes les évolutions de l’organisation de l’entreprise, de son poste de travail et du contenu de ses tâches. Des aménagements organisationnels ont pu être proposés : affectation à une seule et unique tâche (réalisation des joints autour des fenêtres), pas de polyvalence, tâche simple et répétitive. Le collectif de travail a pu être sensibilisé au handicap et à la situation de Mr X. Un tuteur a été désigné au sein de l’atelier pour l’encadrer, lui rappeler les consignes, pour surveiller son travail au quotidien et être à l’écoute de ses difficultés.

Malgré la mise en œuvre de ces aménagements organisationnels la perte de productivité restait évidente pour ce salarié. A ce titre le SAMETH a conseillé l’employeur pour monter un dossier de reconnaissance de la lourdeur du handicap auprès de l’AGEFIPH pour compenser les coûts induit par le faible rendement de Mr X.

Au déjà du champ professionnel, dans le cadre de sa vie sociale et personnelle, un service SAVS a également été sollicité pour soutenir Mr X.

Publié le 9 novembre 2015